Paris Art Fair

Paris Art Fair ? Vous avez dû en entendre parler. Ou du moins, voir les nombreuses affiches promotionnelles turquoise et jaune (choix douteux, certes) visibles dans une bonne partie de Paris.

Ok, mais c’est quoi ? C’est le grand événement printanier à Paris présentant l’art moderne et contemporain. Pour cette edition, 143 galeries à travers 22 pays sont arrivées sous la Nef du Grand Palais. L’Azerbaïdjan, la Colombie et l’Iran étaient là pour la première fois. Et la Corée du Sud était à l’honneur pour cette édition 2016.

La présence de galeries exceptionnelles, venus de pays orientaux a fait mouche. J’avais réellement envie de découvrir ces univers dans un cadre unique. Et vous savez quoi ? J’ai eu la chance d’y être invitée – danse de la joie.

Paris art fair 2

Alors je vous emmène avec moi.

Boum-bada-BOUM ! On entre sous la majestueuse Nef du Grand Palais, par le portillon VIP. On se sent un peu important, notre égo est remonté à bloc. Mais bon, rappelons-nous qu’on est là pour découvrir de nouveaux artistes, des galeries, des oeuvres. Voir et éventuellement ressentir de belles choses quoi. Alors on commence cette découverte.

Galerie new yorkaise ? Tiens, ça me rappelle de bons souvenirs. Ah ! Là c’est intéressant. Des feuilles de riz, comme des collages. J’aime les perspectives que cela donne. En fait, j’aime le travail de volumes, de couleurs, de trompe-l’oeil.

Paris art fair 12

Je découvre avec plaisir la galerie La Ligne (Zurich), où tout est question de géométrie. Tout cela me donne envie de tout décortiquer, tout comprendre. Pas le temps de s’attarder, on continue la découverte.

Paris art fair 10

Là, mon regard s’arrête sur cette toile d’un artiste sud-coréen. Le genre d’oeuvre qui apaise, qui n’évoque pas de violence, simplement un moment de calme. Du coup, j’en ai oublié de photographier le nom de cet artiste… Flûte. (Je ne suis pas un boulet j’vous jure.)

Paris art fair 9

Ok, cette toile m’a fait rire. Vous imaginez le mec qui passe des heures à reproduire ce classique ? Pour finalement se dire « eh merde hein ! Fais chier » et balancer son pot de peinture jaune. L’idée m’a plu. Une sorte de rebellion naïve se dégage de là. Ça m’plaît.

Paris art fair 11

Ici, pas d’émotions en particulier. J’aime juste regarder le boulot monstre que cela a dû demandé à l’artiste : déchirer par lignes sa toile pour plier en petits angles droits alignés celle-ci. Classe, non ?

Paris art fair 8

La galerie Paris-Beijing est une galerie (enfin 2) installée(s) à Paris et Pékin. Celle-ci incite à découvrir une nouvelle génération d’artistes asiatiques. Ils accueillent sculptures et oeuvres plastiques. Notre regard est presque inévitablement attiré par cet oeuvre imbriquant des couvertures de Charlie Hebdo. Et si l’on regarde mieux, on voit des silhouettes se dessiner. Cela pourrait dire beaucoup de choses pour nous tous. Vous en pensez quoi ?

En dessous, la plante et son pot faits en charbon. C’est beau (oui, je n’ai pas grand chose à dire dessus). J’avais juste envie de la prendre en photo.

Paris art fair 6

Paris art fair 5

Avant dernière oeuvre devant laquelle on s’arrête net : ces mains pourraient être celles d’un ouvrier, d’un migrant, d’un agriculteur. On exprime beaucoup de choses par la gestuelle. Ici, on ressent une certaine violence comme moyen d’expression. C’est ce qui m’a touché : ces mains pourraient être celles de quelqu’un qui en a bien bavé.

Paris art fair 4

 

C’est ça que j’ai recherché en venant : voir de jolies choses qui apportent une émotion plus ou moins vive. Voir des oeuvres auxquelles on n’a pas encore l’habitude dans nos musées, parce que les galeries ont un côté guindé un peu effrayant. Qu’on n’a pas envie de s’y attarder parce qu’on n’a pas l’allure d’un acheteur. Là, il y avait de tout. Beaucoup de gens beaux, bien habillés, et qui racontaient un peu n’importe quoi, certes.

Les oeuvres d’art prenaient une telle place qu’on n’y prêtait pas tant attention. Les gens étaient des accessoires, finalement (c’est horrible ce que je dis ?). Place à l’art. 🙂

Ce tour vous a plu ?

 

xoxo

Eléna sans H